La mal – a – dit du siècle, c’est l’exil de soi

enfant intérieur

Depuis notre tendre enfance, ne nous a-t-on pas toujours demander de nous éloigner de notre soi, inconsciemment ou non, pour être conforme aux autres, conforme à la société ?

Comme nous l’explique avec beaucoup d’humour, Thomas d’Ansembourg, dans son livre « Cessez d’être gentil, soyez vrai », cliquez sur l’image pour découvrir le livre.

Ne nous-a-t-on pas appris à être dans le mode FAIRE plutôt que dans le  mode ETRE ?

Pour la plupart d’entre nous, le regard des autres passe toujours avant notre propre regard, notre propre estime de soi, selon certaines croyances, il faut bien cacher sa différence pour ne pas se faire remarquer car cette peur d’être différent nous terrorise (je pense à tous ces parents d’émigrés qui ont tout quitté et qui ont fait de leur mieux pour élever leurs enfants avec dignité, tout comme les miens à qui je témoigne ma profonde gratitude).

« Fais attention », « sois gentil avec ta soeur », « fais pas ta maline », « fais pas trop de bruit », « sois discrète », « fais attention à ce que pensent nos voisins »,  » Ne pleure pas « , « une femme doit travailler dur « …

Nous avons du mal à exprimer, et encore moins, à accueillir nos émotions, nous sommes pour beaucoup, et moi la première, durant mes 20 premières années de vie, handicapés de nos émotions, jusqu’au jour où, j’ai découvert qu’il était possible d’apprendre à être présent avec soi-même et d’accueillir ses émotions !

Alors une nouvelle naissance commence, la naissance de sa propre essence, notre chemin de vie prend un nouveau souffle, un nouveau départ, un nouvel élan.

Quel héritage souhaitons-nous offrir à nos enfants ? la peur, le déni ou l’amour véritable ?

Si nous ne prenons pas conscience de l’influence négative, de la gravité, des conséquences possibles sur nos enfants par notre manière de communiquer, une fois à l’âge adulte les répercussions peuvent-être lourdes pour ces personnes qui formeront notre société de demain.

Le mal-être s’installe et la mal-a-dit prend forme à notre insu car le corps a une mémoire et  « Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime » Jacques Salomé.

Que nous soyons parents, enseignants, managers, dirigeants…nous avons un rôle imminent à jouer !

L’amour véritable c’est apprendre à transmettre notre savoir-Etre avec bienveillance et non imposer nos idées, nos connaissances.

La bienveillance n’est pas juste un effet de mode pour emplir cette ère nouvelle, c’est une nécessité enseignée depuis la nuit des temps par les grands Sages qui nous ont montré le chemin pour être, à notre tour, des apprentis_Sages !

Etre soi ne va pas de soit cela s’apprend !

Cet article est un appel à la réflexion, il s’adresse à tous les enseignants, à tous les parents, à tous les managers, à tous les dirigeants… il est temps pour nous de faire bouger les mentalités, les manières d’enseigner, d’éduquer et de transmettre. Nous ne solutionnerons pas les problèmes en étant dans le déni, en employant des manières fortes ou en devenant des terrorismes de la communication. C’est l’intelligence émotionnelle, l’intelligence collective qui nous permettrons de nous adapter en permanence, d’être pragmatique et agile face aux changements.

ecoutons nous les uns et les autres

La peur de MAL FAIRE…

Nous conduit-elle à faire MAL sous l’emprise de la peur ?

Je pense, en l’occurrence, à ce petit garçon de 9 ans, Aymeric, qui m’a beaucoup touché par sa clairvoyance et qui m’a inspiré à écrire cet article (2015).  Ces enfants que je rencontre, que j’accompagne en kinésiologie où j’entends le parent me dire « son maître a dit qu’il ou elle est en échec scolaire »,  » il/elle n’est pas capable d’aligner 3 mots correctement », « il/elle se fait gronder devant toute la classe parce qu’il</elle n’a pas réussi à faire la dictée, l’exercice de mathématiques »...des anecdotes, je pourrais, malheureusement, vous en citer plein, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

De même que les adultes que j’accompagne, la problématique qui revient à 99% est souvent liée à une situation douloureuse à première vue bénigne, à l’enfance et oubliée à l’âge adulte. Ne l’oublions pas, le corps a une mémoire et il nous envoie des messages tels que le mal de dos, un problème au genou (le « JE/NOUS »), un problème d’apprentissage, de concentration…Encore faut-il vouloir l’entendre mais nous préférons le mettre en sourdine malgré ses maintes signaux.

La solution est en chacun de nous, pas à l’extérieur ! Ne vivons plus à côté de nous-même !

Une des solutions possibles…

Le fait de déceler, dès l’enfance, ce mal-être est une chance ! il peut faire gagner des années de bonheur à ces enfants, qui deviendront, à leur tour, des adultes responsables, conscients, aimant la vie, leur corps et les gens.

A la fin d’une première séance,  nous pouvons déjà voir le progrès réalisé chez ces tous petits, de la joie, de la fierté dans leurs yeux. Avec comme ingrédients une bonne dose de temps pour leur expliquer les choses, de l’attention, de la bienveillance, de l’amour et de la compassion. Je reste convaincue que ces enfants sont intelligents par nature et plein de bonne volonté malgré la blessure causée par des paroles humiliantes d’adultes en souffrance. Cela me donne ESPOIR de croire, comme beaucoup de professionnels qui oeuvrent à l’évolution HUMAINE, que les émotions et la sensibilité pourront être entendues, un jour, afin de tendre vers une intelligence collective.

Il est difficile d’expliquer à quelqu’un qui a les idées étroites qu’être éduqué ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu’un illettré peut être un électeur bien plus éduqué que quelqu’un qui possède des diplômes. Nelson Mandela

Je remercie et encourage par la même occasion, tous ces parents, enseignants qui font un travail remarquable en étant juste à l’écoute de leurs enfants, de leurs élèves, car ils ont appris, eux aussi, à être à l’écoute d’eux-mêmes. C’est une preuve de courage d’oser affronter ses zones d’ombre pour être enfin LIBRE de ses croyances limitantes.

A l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent ! Nelson Mandela

Nous enseignons aux enfants à lire, écrire…, ce serait bien de leur enseigner à bien s’écouter eux-mêmes pour s’exprimer clairement et être présent à l’autre. Cela requiert un apprentissage quotidien. Apprendre à cohabiter avec nos talents, nos forces et nos besoins respectifs. S’intégrer sans démissionner de soi-même et sans prendre le pouvoir, voilà notre mission.

« Exister est un fait, vivre est un art » et manager est un art qui s’apprend !

J’ai appris au fil du temps qu’il était nécessaire de bien travailler la présence à soi-même pour pouvoir être présent aux autres, car être bienveillant à soi c’est être bienveillant à l’autre !

Pour les personnes qui veulent aller plus loin et découvrir leur vrai pouvoir intérieur, il y a un très bon livre que j’aime partager c’est « L’art du pouvoir » de Thich Nhat Hanh, cliquez sur l’image pour découvrir le livre :

Le vrai pouvoir intérieur c’est d’être capable de s’aimer soi-même avant de pouvoir aimer manager et accompagner des hommes.

Arrêtons de procrastiner par peur de…et affrontons nos peurs avec succès, comme dirait une citation que j’ai trouvé un jour sur facebook  » à force de vouloir rentrer dans le moule, on finit par être tarte ».

la beauté commence lorsque vous décidez d'être vous-même

Be yourself, be beauty ! Soyez vous-même, soyez-beau !

My Thien Nguyen